Village de Nianiane (22)   © Paula Loudenslager  

Accueil
Présentation
Philosophie
Les brèves

Sénégal

Hot Spot
Systémique
Campagne 2
Campagne 1 + Bilan
Faire un don
Niakhar
Nianiane
Poleck-Mbine B.
Ngouye
Dossiers

Nous travaillons
pour vous !
Asbl
Formation
Sur le chemin...
Téléchargement
 Dernière mise à jour : le jeudi 17 mai 2012

Poleck et Mbine-Birame

Ces 2 villages (Mbine-Birame étant un hameau de Poleck) sont dans la situation dans laquelle se trouvait Nianiane au début 2001, à savoir la nécessité de faire journalièrement plusieurs kilomètres pour trouver de l'eau.

Plusieurs hypothèses ont vu successivement le jour.

Tout d'abord, il fut envisagé d'alimenter ces villages à partir du forage de Nianiane. Cet approvisionnement aurait nécessité la construction d'un château d'eau et la réalisation de deux tranchées de 2 km de long chacune. Un des problèmes était de savoir comment remplir ce château d'eau. Serait-il alimenté par une pompe à main ou à pied, actionnée par les jeunes de quel village?

Ce projet fut abandonné car trop compliqué. Une de mes hantises était aussi que ce château d'eau de 10 ou 15 tonnes se déstabilise et tombe sur la population, pouvant entraîner des blessés ou des morts.

Les habitants ont ensuite imaginé creuser un puits dans chaque village, solution nettement moins onéreuse. Quand nous sommes passés pour mettre les choses au point, nous nous sommes rendus compte qu'aucun endroit où il aurait été certain de trouver de l'eau n'était connu. Le travail risquait de coûter cher pour un resultat nul.

Après de nombreuses discussions, l'idée germa de se raccorder à la distribution d'eau qui passait à 2,5 km de là, à l'opposé de Nianiane. Bien que très onéreuse (mais malgré tout moins que l'option "château d'eau"), ce fut cette idée qui fut retenue.

Les autorités locales marquèrent leur accord pour effectuer ce raccordement, mais à la condition que l'on fasse faire les travaux par le plombier qui avait installé l'ensemble de la distribution, ce qui fut considéré comme judicieux et accepté.

Le travail a commencé, la population locale a creusé les tranchées afin d'enfouir les canalisations.

Reste maintenant à financer l'achat et l'installation du matériel, ce qui doit se faire dans des délais assez brefs si on ne veut pas que les tranchées se rebouchent et que tout ce travail n'ait servi à rien.

Votre participation est la bienvenue afin que cette somme soit disponible le plus tôt possible, et, pour bien faire, avant la fin mars 2003. Merci d'avance pour votre compréhension.


Actuellement, les travaux sont finis et l'adduction fonctionne.

Depuis la fin des travaux, certaines familles ont contracté un emprunt remboursable auprès du comité de forage de Bicol afin de faire installer un robinet dans leur concession. Chaque robinet est muni d'un compteur et chaque famille paie une redevance en fonction de sa consommation.

Les familles qui n'ont pas encore fait installer un robinet continuent à s'alimenter à la borne fontaine tout près du village. A ce niveau aussi, l'eau est payante.

Ces redevances servent à faire fonctionner et entretenir la pompe et le château d'eau de Bicol placé sous le patronage du comité de forage.




Les habitants travaillent dur pour réaliser les tranchées destinées à l'adduction d'eau


Tout le village participe


Mahécor est venu voir l'état d'avancement des travaux


Les deux kilomètres et demi de tranchées sont prêts pour accueillir les tuyaux

L'adduction est maintenant terminée grâce à l'argent des différents donateurs.

Voici les photos d'une borne qui sera bientôt maçonnée.



Un point d'eau enfin disponible à moins de 2 km!


Remplissage des premiers seaux sous l'oeil attentif de Mahécor


Les points d'eau sont installés à proximité des hameaux, pas à l'intérieur

Pour clôturer, voici quelques photos de la région au coucher du soleil prises le soir du relevé des mesures entre les différents villages. Superbe n'est-il pas?